Amis

Amour, Amitié,

Qu'est ce que tout ça peut bien vouloir dire ? 

Dans un monde où tout est recyclable, dans une génération de p'tits cons nés dans les années 80 ou 90 où tout est jetable ?

Que fait-on de nos relations? Comment passe t-on du coq à l'âne ? Comment se jéte t-on dans ce gros conteneur qu'est le souvenir, la mémoire ou même l'oubli total ?

P'tit bilan en essayant de m'endormir.

En ce Dimanche, je me demande sur quoi est basée la durabilité de nos relations ... J'ai ma réponse, enfin, je le pense.

Rien n'est durable, bien, j'entends, mais on m'aurait menti quand je croyais naivement que les relations pouvaient être teintées de petites tâCHes parfois, de petits claSHs.

En ce Dimanche, je me suis sentie Catho le temps d'une émission, J'ai regardé ce matin "la Parole de Dieu" sur France 2 , je n'ai pu m'empêcher de penser que cette fraternité apparente manquait à nos vies. Mais si elle n'est qu'apparente, à quoi sert -elle ? Je m'égare.

La réponse est donc la suivante, enfin, selon moi tout , absolument tout ce que le parasite vivant sur cette planéte à hauteur de 7,35 Milliards, appelé HUMAIN,    TOUT ce que cette chose fait, est par simple intérêt. Quand je regarde mon chat, à part sa survie qui passe par la distribution journalière de croquettes, rien, rien, rien,  n'est fait par intérêt.

L'utilisation de l'autre pour soi même, voilà tout est dit ! Même quand tout va bien, on s'utilise, "je visite telle ou telle personne car...", s'il y a un "car", c'est mort ! On est en plein dans l'utilisation de l'autre pour sa propre petite gueule.

Cette chose, "l'humain",  butine , vascille, de gauche à droite, goûte, teste, puis jette, ou se rend ailleurs où son intérêt sera satisfait.afin de se le rassasier.

Je ne parle pas que de l'intérêt matériel, car il est très évident à voir ,et tellement logique. Je parle de quelque chose de plus subtile, de l'intérêt de cet Autre à avoir des amis, ou amours Sur Mesure (du Sex friend, à l'ami classique, au partenaire, au mari, à la femme, bref, on s'comprend).

C'que l'humain veut plus que tout c'est le beurre et l'argent du beurre !

En fin de compte, c'est un peu comme un ami/amour(eux/se) miroir mais qui renverrait uniquement une image positive de soi ou qui procurerait juste ce dont on a besoin et comblerait des trous (pas les orifices bande de dégueus) , comblerait donc des vides. Bien sûr un ami n'est pas là pour renvoyer une image négative, mais il est là pour être sincére et être accepté dans son intégralité, dont la sincérité. Une vraie personne qui ne pense pas que pour son intérêt, va subitement, spontanément exprimer ce qui pourrait permettre à l'ami d'évoluer, d'être heureux, quitte à le froisser, quitte à le perdre, quitte à le blesser, quitte à... donc perdre son intérêt.

Il semblerait qu'il ne soit pas conseillé d'être soi-même avec beaucoup d'entre les terriens. Il semblerait qu'il faille jouer un jeu appelé l'hypocrisie. Oui, il semblerait qu'il faille toujours répondre aux besoins de l'autre. L'amitié, l'amour ne serait en fait qu'un échange de choses agréables et fausses parfois.

En amitié, comme en amour , il faut bien correspondre à ce que l'autre attend ... sinon pou-belle Le Miroir cAssé !

Si tu perds tes fonctions, tu pues du fion.

Il faut bien dire à l'autre , ton "semblable" ce qu'il aime entendre , sinon... Poubelle ! "Flatter".

Tu écoutes, on te garde, car encore utilisable. "Eponger".

Tu conseilles, on te garde, encore utilisable. "Guider".

Tu parles, exprimes ce que tu ressens toi, attention, recyclage possible. "s'EXprimer".

 

Ton "frère"ou ta "soeur" (oui nous sommes tous frère et soeur non? cf la messe catho de ce matin)  passe à autre chose qui satisfait, qui rapporte , qui renvoie une image positive de ce dernier. La recherche d'un produit correspondant, ou identique commence alors.

ET là, j'en reviens à mon épopée télvisuelle de ce matin!  La parole de Dieu m'éclaire (rires, pour ne pas dire LOL quoi) l'amour inconditionnel, celui qui n'attend rien... sans conditions...  bah, en fait, il n'existe pas ici bas ou bien ... on m'aurait menti ?